Cohabitation : Chat et biodiversité

Le chat domestique est l’un des animaux préférés des Français avec plus de 13 millions de représentants dans les foyers. Ses instincts de chasse en font un prédateur de la petite faune sauvage et doivent nous interroger sur son rôle dans le fragile équilibre entre proies et prédateurs. Introduit par l’Homme, le chat domestique est une espèce que l’on peut considérer comme « invasive » dans les écosystèmes.

Que vous soyez propriétaire d’un chat ou que vous ayez la visite de celui (ou de ceux) du voisin, sachez qu’il existe de nombreuses astuces afin de réduire l’impact des chats sur leur environnement. Aucune ne supprimera totalement le risque, mais le cumul des solutions contribuera grandement à éviter que votre jardin devienne un guet-apens pour les petits animaux !

Retrouvez le guide des bonnes pratiques de la LPO : ici !

Voici quelques exemples de solutions :

  • Aménager son jardin avec des zones de refuges,
  • Installer une grille Stop Chat ou un Stop Minou,
  • Créer son répulsif « maison » et planter des plantes répulsives,
  • Utiliser des colliers à clochette ou de couleur,
  • Stériliser son chat,
  • Stimuler son chat et jouer avec lui,
  • Ne pas abandonner son chat dans la nature…
Cliquez sur l'image pour l'afficher en grand et la télécharger !

Étude participative

En 2016, la LPO a initié et conduit une étude participative visant à mieux connaître le chat, ses habitudes, son comportement, etc.

40 propriétaires de jardin, dans le département de la Charente-Maritime, se sont portés volontaires pour tester différents dispositifs d’éloignement des chats.